My cat is an alien

My cat is an alien

outer space music / Torino

Concert, 2015

Juste à droite après le quadrant du Homard, une fois passée la nébuleuse Alpha du Centaure, si vous êtes dans un jour de veine, peut-être tomberez-vous sur la hutte cosmique de My Cat Is An Alien — la fratrie Maurizio & Roberto Opalio, italienne, mais que nous savons en réalité venue de bien plus loin. Jamais totalement revenus du Grand Voyage, ils sont restés dans ces périphéries magnifiques de la raison sonore qu’ont jadis colonisé Bernard Parmegiani, Taj Mahal Travellers ou Klaus Schulze, qu’ont plus tard colorié Experimental Audio Research ou Alan Licht. Artistes complets, totalement autodidactes, aussi heureusement décomplexés dans la pratique de la peinture, de la sculpture, du graphisme que dans leurs longues improvisations électroniques, ils viennent de sortir une collaboration remarquée, enregistrée avec Cedric Stevens (aka Acid Kirk). David Keenan, de Volcanic Tongue, ne s’y est d’ailleurs pas trompé : "subtly blooming tone fields that build to the kind of beautifully vibrating monoliths that would reconcile the percussive American fantasias of Harry Partch and Moondog with the gravity devouring industrial force of Kluster. Long, multi-movement tracks allow for full tonal immersion. Set the controls for the heart of the sun! Highly recommended."